Vrai Faux
Entête vidéo
Miniature vidéo

Vous entendez souvent vos patients dire qu'ils sont "accro" au sucre.

Pourtant la notion d'addiction aux produits sucrés est un abus de langage, en confondant l’addiction réelle avec l’envie ou le plaisir.

Découvrez cette vidéo pour comprendre comment fonctionne le système de récompense et partagez-la avec vos patients.

Découvrir vidéo
Points clés à retenir
Point 1
LE CARACTÈRE AGRÉABLE DE LA SAVEUR SUCRÉE EST LIÉ À UN BESOIN PHYSIOLOGIQUE : celui d’identifier les aliments sources d’énergie.
Point 2
L’ATTIRANCE POUR LA SAVEUR SUCRÉE EST INNÉE : elle diminue ensuite au cours de la vie lorsque le répertoire alimentaire s’élargit.
Point 3
LES ALIMENTS PALATABLES*, SUCRÉS OU NON, STIMULENT LE SYSTÈME DE RÉCOMPENSE : la sécrétion de dopamine procure une sensation de plaisir et de bien-être.
Point 4
CONTRAIREMENT AUX ALIMENTS, LES DROGUES DÉTOURNENT CE SYSTÈME : la libération de dopamine est beaucoup plus importante avec les drogues et la tolérance à la substance augmente.
Point 5
PLUTÔT QU’UNE ADDICTION À L’ALIMENT, C’EST LA NOTION D’ADDICTION À UN COMPORTEMENT ALIMENTAIRE QUI FERAIT CONSENSUS (Neurofast 2014) : un comportement compulsif nécessite une prise en charge spécifique.

POUR ALLER PLUS LOIN :
Non Monsieur Cymes, le sucre n’est pas une drogue, et les rillettes non plus !, G.R.O.S.
Préférence pour le sucré : innée ou acquise ?, France Bellisle
L'addiction à l'alimentation : mère de toutes les addictions ?, P. Brunault, N. Ballon

*qui procurent une sensation agréable